Faites demi-tour dès que possible

J’aime pas les visites à domicile.

C’est pas trop les visites en soit. Ça a même un côté sympa et c’est toujours plein de surprises.

Une de mes premières visites à domicile, quand je suis arrivé, la dame m’avait sorti un savon flambant neuf et une serviette toute propre bien pliée qui sentait bon la lessive, que même chez moi le linge de toilette il est pas si blanc et le savon y sent pas aussi bon la lavande. Moi qui était déjà gêné à mort de rentrer avec mes grosses pompes dégueu (limite si j’avais pu me déchausser je l’aurais fait), je ne savais plus où me mettre.

Il y avait aussi deux petites mamies qui adoraient les chats. Avec l’une d’elle la visite commençait toujours par les présentations. «Alors ça c’est Lulu, ça c’est Pupuce, ça c’est Mimine, Mimine c’est la fille de Moumoune qui est là, Moumoune quand on l’a recueilli…». Et à chaque visite, elle recommençait. L’autre mamie, elle, avait tellement de chats, que toujours avec mes grosses chaussures, j’avais peur d’écraser un chaton à chaque fois que je posais un pied.

Je me souviens également d’un monsieur d’un certain âge, qui s’occupait de sa femme complétement démente, tout aussi du même âge, et dont le dernier chat venait de passer de vie à trépas. Pour changer, il avait pris un chien. On lui avait dit que ça l’obligerait à sortir. La fois suivante, je lui demandai comment se passait l’adaptation à son nouveau compagnon. Il l’avait alors regarder avec un air de profonde commisération, avant de lâcher « qu’est ce que c’est con comme bestiau ». C’est vrai que le chien en question, une espèce de roquet braillard, avait l’air particulièrement stupide. Du coup il avait repris un chat, qu’il appelait Monsieur Alfred, et qui prenait un malin plaisir à emmerder le chien.

Non, le problème avec les visites à domicile, c’est juste que, remplaçant, c’est pas possible.

Ce qui est insupportable, c’est que l’organisation est imposée. Et moi je ne dois pas travailler comme les autres, je pense. D’abord, les visites, on me les colle le midi. A croire que je dois être le seul à faire 3 repas par jour. Et puis, la visite en maison de retraite le midi, je sais pas comment les collègues font, mais moi, j’ai pas trouvé le mode d’emploi. A midi, les pensionnaires, ils sont tous à table. Déjà, il faut trouver le bon papi. Dans certains établissements, même le personnel ne sait pas dans quelle salle à manger le trouver. Ensuite, il faut le tirer de son repas pour l’emmener dans sa chambre, ce qui est moyennement sympa. Pour peu qu’il soit parkinsonien, il faut déjà 10 à 15 minutes. Si en plus il est Alzheimer, il fait une pause tous les 5 mètres en oubliant ce qu’il était en train de faire 3 pas plus tôt. Quant à trouver ladite chambre, si le médecin ne connaît pas les lieux, et que le patient ne s’en souvient plus, ça devient compliqué. Alors, à moins d’aller à table serrer la pince du pensionnaire (et encore), signer l’ordonnance pré-imprimée au cabinet, faire la feuille de soins et se tirer, c’est pas possible en 30 minutes.

L’autre problème, mais qui ne relevait que de moi, c’est qu’au début, je n’avais pas encore la voiture. C’est à dire que j’avais plutôt la moto. Bon, médecin en moto, le blouson en cuir, tout ça, ça claque. Mais en visite, généralement, c’est pas le premier truc demandé. J’avais mon sac à dos Eastpak informe, dans lequel j’avais fourré mon sthéto, un tensiomètre, mon otoscope, une pochette avec l’ordonnancier, les feuilles de soins, et tout la paperasse qui va bien avec. Les papiers finissaient immanquablement froissés, gondolés, cornés, délavés, car une fois sur deux il se mettait à pleuvoir des cordes juste au moment de partir en visite. Un peu plus tard, j’y avais également ajouté une paire de gants en latex. Les petits jeunes qui lisent ça, pensez à la paire de gants. Le jour où vous aurez un toucher rectal à faire en visite, vous remercierez Foulard pour ses conseils de bon aloi. Et pour ceux qui veulent une liste des solutions alternatives pour les jours de pénurie de gants en latex, faites une demande par mail, j’ai étudié toutes les possibilités.

Bref, avant de partir, j’apprenais l’itinéraire par coeur. Et il y avait toujours un moment où au lieu de tourner à gauche je tournais à droite (oui, parce qu’en plus je confonds la droite et la gauche). Ce qui fait que la plupart du temps, je me retrouvais à l’extrême opposé de la destination souhaitée.

Après j’ai eu la voiture. Même que j’avais le GPS !

Force est de constater que le GPS ne résout pas tous les problèmes. Notamment celui du retard de plus d’une heure pour partir faire les visites. Je demandais pourtant aux secrétaires qu’elles me prévoient un peu plus que 15 minutes par patient pour les consult’ au cabinet. Mais non. Alors forcément, je commençais mes visites à 13 heures au lieu de 11h30 et je devais reprendre à 14h…

Trop facile, j’avais un GPS.

Mais même avec un GPS, j’arrivais à me perdre.

Bâtiment 407. « Vous êtes arrivé ». Okay, bâtiment 405, 406, 408, 409.  Bon pas de bâtiment 407. Comme dans Harry Potter, quai 9 ¾… Evidemment, au téléphone, personne ne répondait. Après 20 minutes à sillonner les allées, retour au cabinet. 15h, déjà une heure de retard pour une visite même pas faite. A coup sûr, le remplacé qui devrait faire la visite le lendemain ne manquerait pas de m’en faire la réflexion. Et pour en rajouter une couche, un mot de la secrétaire «  Mme Batiment407MonCul n’est pas contente, vous n’êtes pas passé ce midi comme prévu, elle voudrait savoir quand vous viendrez »…

 
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

16 réponses à Faites demi-tour dès que possible

  1. celine_r83 dit :

    tellement vrai!
    Chez moi, les explications pour retrouver les maisons c’est du style : » à droite après la ferme du vieux Bréchard, puis à gauche après les rosiers de Mme Desplanches…(mais si! celle qui a son chien qui hurle toute la journée!) »

  2. Sweet_faery dit :

    Je bénis mon GPS, je ne pourrais pas faire de visites sans.

    Moi aussi je déteste tout particulièrement ça, les visites : c’est une perte de temps énorme sur des journées déjà blindées. Moins j’en fais, mieux je me porte.

    Hier, j’ai mis au moins 10 min avant de pouvoir entrer chez une petite mamie, alors que j’avais trouvé la bonne maison, mais il y avait plusieurs entrées, un grillage fermé par un anneau rouillé, qui ne bougeait presque pas… chargée comme une mule, avec mes sacs et la neige qui tombait ++++ effaçant doucement ma liste de visites à venir… un vrai bonheur^^

  3. Toutetrien_fr dit :

    Où le GPS qui te change ton itinéraire car il y a 4 voitures cul à cul et que Môssieur le GPS estime que c’est un bouchon. Alors Môssieur le GPS, il te dit qu’il faut pas rester sur l’autoroute, mais passer par triffouilli -les-oies, puis ensuite, passer par la morne plaine limite désert, tourner à droite pour couper par la forêt ou tu as toujours peur de voir débouler une famille de sanglier affamée accompagnée de 4 Bambi, et enfin de prendre le chemin d’exploitation agricole en mettant bien évidemment la voiture en mode 4×4 ! Tout ça pour par retrouver l’autoroute 5 km plus loin que la bifurcation de Môssieur le GPS, complètement dégagée…

  4. Dr j'y crois plus dit :

    ne pleurez plus sur votre sort, arrêtez tout ce qui n’est pas strictement médical, comme moi, vous verrez ça va mieux ensuite, vous n’aurez plus cette peur de « déplaire au patient, que va t’on dire de moi?, c’est un autre qui va le faire Etc…. »
    Les visites n ‘amenent rien, a par nous bousiller nos coronaires.

    Bien à vous

  5. doc293 dit :

    je hais aussi les visites. Tu n’as jamais le matériel dont tu as besoin, le courrier du spé qui va bien….

  6. Borée dit :

    Bien vu !
    Lorsque j’étais remplaçant, je ne sais pas ce qui était le pire : les barres d’immeubles dans les cités à l’improbable géographie ou bien les villages sans noms de rue ni numéros…

    Une fois installé, au commencement, je faisais mes visites en début d’après-midi et c’était trop galère : j’attaquais presque systématiquement mes après-midis en retard.
    Du coup, j’ai changé mon mode de fonctionnement : j’ai une après-midi par semaine consacrée aux visites programmables, j’en fais alors 6 à 8 en général.
    Le reste de la semaine, je ne fais que les visites imprévues et urgentes : jamais plus d’une ou deux par semaine et, le plus souvent, aucune.

    Le coup des gants est très vrai. J’en ai toujours une dizaine dans ma sacoche. Pas seulement pour les TR mais aussi en cas de plaie ou autres ulcères dégoûtants.

    P.S. Tu pourras m’envoyer la liste des solutions alternatives ? :)

  7. dr j y crois plus dit :

    tout simplement arrêter d’en faire et laisser les visites à ceux qui en veulent et se défaire du qu »en dira t’on, au début ça grince mais ça fait le tri….

  8. Docteur_V dit :

    Pour les visites, même organisation que Borée.
    Pour la moto, j’ai opté pour un sac photo. J’y mets le MacBook qui est bien protégé, et il y a plein de petites poches et de compartiments modulables pour y mettre un peu tout. Très pratique.
    Du coup, je le garde comme sacoche de médecin toute l’année.
    Je n’aime pas non plus les visites, sauf chez les gens qui me donnent des œufs ;-)

  9. Fluorette dit :

    Ces conneries de visites nous touchent tous!
    Le gps améliore un peu les choses mais pas complètement.
    Les visites en ville c’était l’horreur, jamais moyen de se garer. Déjà à la campagne, c’est plus facile. Mais les distances sont plus longues, c’est là que l’autoradio se révèle utile.
    J’ai 3 demies-journées de visite par semaine pour ceux qui vraiment ne peuvent se déplacer (parfois si yen a moins, je fais de la paperasserie). Je ne pense pas qu’on puisse faire des visites entre les consults, c’est idiot. Et manger c’est vital tu as raison (il n’y a pas que toi qui as besoin je te rassure)
    Certains jours, j’aimerais pendre :
    - ceux qui ont fait les rues et les numéros dans mon coin. Parce que quand le 12 n’est pas après le 11 mais qu’il était entre le 5 et le 7, endroit où bien évidemment il ne me serait jamais venu à l’idée qu’il soit, j’ai des envies de meurtre.
    - ceux qui ne répondent pas à la sonnette alors que t’as enfin trouvé le numéro alors qu’il neige et qu’il fait nuit
    - les gens qui ont inventé les maisons de retraite : c’est JAMAIS l’heure d’y passer! Repas, partie de belotte, activité pliage, disparition du patient « tiens il était pourtant là il y a une minute » Rhaaaa

    Bref, bon courage

  10. Marc dit :

    Bonjour

    Ce post m’a fait sourire .
    Il y a 10 ans , il n’y avait pas de GPS et il y avait malgré tout des visites pour le remplaçant que j’étais.

    Alors imaginer ;-) )

  11. albert dit :

    Osez le zéro visite, au début on n’ose même pas y penser, puis ça fait son chemin…..et quant on y est, on se dit comment ai je pu être aussi c….d’accepter celà pendant tant d’annes,
    On respire à nouveau !!!!!
    Nous sommes un des rares pays à conserver cette pratique, qui n’amène rien à l’exercice médical sinon essayer de faire que le « patient/client/consommateur de soins » n’aille pas voir ailleurs.
    les miens ont suivi le mouvement ou ont été voir ailleurs (je m’en porte mieux).
    pour les MDR, comme dit Fluorette, c’est jamais la bonne heure… et bien j’y passe plus.

  12. Santard dit :

     » oh ben, moi j’habite la caravane au bout du parking du Auchan, vous trouverez facilement »…

    Arrivez sur place, le parking du Auchan fait 50 places…et pas de caravane…( et bien sur pas de téléphone ou joindre la patiente)

  13. Morale et Science raisonnante dit :

    Osons, osons, ne faire que ce qui paie un max: une visite ça ne se conçoit que s’il y a le pépé, la mémé, l’ouvrier agricole… à qui on demande:  » ça va M./Mme Michu/ le Glaude…? » et pour lesquels on tire trois consult’ à domicile et ça justifie le 4×4 avec GPS pour arriver à 50% de frais professionnels; virons les autres visites en prétendant que c’est de la mauvaise Médecine et recentrons nous sur les certificats de complaisance et le compérage chez les spécialistes qui nous renvoient le meilleur pourcentage. Ça nous laissera plus de temps et de moyens pour donner des leçons de morale sur nos blogs entre deux formations aux Antilles.

  14. DocVéro dit :

    Bien vu!

    J’ai commencé mes remplacements il y a 20 ans dans les campagnes berrichonnes et tourangelles, sans portable ni GPS : il y avait de quoi raconter!
    J’allais à 15 km au fin fond de nulle part, et personne à la ferme : le voisin me disait qu’ils étaient partis aux champs avant l’orage!
    J’allais en visite pour des ados en pleine forme ayant besoin de vaccins…
    Je trouvais la clé au clou, et j’ouvrais le volets de la chambre où m’attendait un très vieux couple encore au lit ayant juste remonté la manche « pour la tension » grrrr!
    Moi non plus je n’aime pas les visites!
    Alors j’en fais de moins en moins, surtout depuis que je suis « chez moi », mais il y a les visites « incompressibles » (2 à 3 par jour pour moi).
    Bon courage!
    DocVéro jeune installée après avoir été vieille remplaçante.

  15. une fois dit :

    J’avais aussi dit les visites à domicile, c’est bon pour personne, je n’en ferai presque plus quand je m’installerai. (en plus, à ce moment-là, y avait pas de GPS et j’étais en ville , je râlais vraiment fort)
    Et puis, je fais des visites. Rarement pour des enfants malades, ceux-là, je les fais venir. Mais les gens qui n’ont pas de voiture ou ne peuvent plus conduire, ceux qui sont agoraphobes, ceux qui sont bloqués du dos, ceux en MRS…finalement, ça fait du monde!
    Et oui, c’est moins pratique, mais comme je les connais, y arriver n’est pas un problème (et même que je connais les petits trucs pour se garer où c’est pas facile), c’est l’avantage d’être installée!
    La seule chose que je n’accepte plus, c’est des visites pseudo urgentes type j’ai-plus-d’ordonnance-faut venir-ce-jour. Tant pis, ce sera demain, voire après-demain (je fais pas de visite le mercredi)
    J’en connais des médecins qui font des visites entre 11 et 14h, je sais pas comment ils font.
    Pour ma part, ça dépend du nombre de visites. J’organise des matinées « visites programmées » et puis, sinon, c’est en fonction de la demande vu que je ne reçois en consultation que sur rendez-vous.

  16. Hervé dit :

    Eh bien moi, j’adore les visites! J’aime voir, savoir comment vivent mes patients, toucher du doigt leur quotidien. Il est vrai que c’est dans le cadre d’un exercice rural, majoritairement gériatrique, où l’on se bat pour le maintient à domicile, et qu’après 18 ans, je connais suffisamment la région pour n’avoir pas besoin de GPS (qui n’indique même pas les raccourcis!).
    En tous cas, bravo pour le blog, découvert par hasard (un lien dans le dernier courrier d’Espace Généraliste) qui m’a scotché jusqu’à raccourcir mon temps de sommeil. Rassurant de constater que la médecine générale éveille toujours des vocations!
    Et si quelqu’un a envie de faire des remplacements dépaysants, il ne faut pas hésiter!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>